PNL, dans Ma légende…

En bon amateur de rap français, j’ai par le passé été assez conservateur dans ce que j’écoutais. Ma playlist et mes albums ne changeaient que très peu et s’articulaient autour de peu d’MCs / de groupes. Cela a changé il y a de ça deux ans où j’ai décidé de prendre le temps d’écouter d‘autres artistes (en 2016, j’ai par exemple apprécié Brav, Tiers-Monde ou encore Davodka). Je suis d’ailleurs un assez bon client, et rares sont les albums qui finissent illico dans la corbeille.

La corbeille, ce fut à peu de chose près l’endroit où l’album « Le Monde Chico » a failli atterrir. Assez réticent à l’auto-tune et au vocoder, peu intéressé par l’univers du deal de drogue et plutôt attiré par un rap disons dynamique (l’influence de la trap, très à la mode à cette époque, sic), il paraissait évident en cette fin d’année 2015 que l’atmosphère PNL ne me gagnerait pas. Je me souviens avoir trouvé le temps long à l’écoute de quasiment chaque morceau de cet opus. Je me souviens également avoir visionné le clip « Le Monde ou Rien » non sans une certaine once de moquerie vis-à-vis de la dégaine « particulière » et « originale » des deux frères Andrieu (surtout N.O.S), ou encore de la reprise du « Non mais Allo » de la starlette Nabilla. Qui plus est, je me suis également arrêté au fait que les deux rappeurs ont été plusieurs fois pointés du doigt pour avoir subtilisé quelques prods pour leurs albums sans permission…

Assez interloqué par tout le buzz qui a gravité autour de ce groupe (mis en valeur par Mouloud Achour sur Canal, plusieurs articles sur Les Inrocks, Rue89, etc.), par leur stratégie de communication sans précédente, et chatoyé par le son J’Suis PNL avec son refrain (khey, khey, khey), j’ai finalement gardé l’album au chaud pour lui donner une seconde chance. À l’époque, j’ai surtout « saigné » la mixtape « A7 » de SCH qui, d’une certaine manière, m’a introduit à la réécoute programmée de PNL, en façonnant mon oreille avec l’auto-tune, lui qui l’utilise aussi d’une façon intéressante et réfléchie.

PNL (2)

Presque trois mois après, je me replonge comme prévu dans l’univers PNL, toujours avec « Le Monde Chico ». Depuis ce temps, je ne l’ai jamais lâché. Dans la foulée, j’ai enchainé avec « Que La Famille », leur tout premier projet. Je pense faire partie aujourd’hui d‘une secte tant leurs sons emplies de mélancolies sont ancrés dans mon quotidien et ne peuvent en sortir. J’ai beau chercher, ces deux projets ne comportent aucuns déchets, aucuns  moreceaux  à jeter (à la limite les deux featuring, mais le son Athéna comporte un refrain dinguissime d’Ademo).

Je déteste toujours autant l’auto-tune, mais l’auto-tune comme logiciel « trafiqueur de voix ». L’auto-tune version PNL, c’est un véritable instrument de musique, un « prolongement vocal » qui concourt à l’ambiance qu’ils souhaitent instaurer dans leurs morceaux. Le morceau J’Comprends Pas reste pour moi le meilleur exemple de cela. Le monde de la drogue reste omniprésent dans presque chaque morceau, mais il faut le voir comme une métaphore filante de la vie et des épreuves qu’elle nous fait traverser (le désir de s’élever, de lutte contre la précarité, le déterminisme social, etc.).

Grâce notamment à Mess et Kamerameha, chaque clip de PNL est un bonheur pour les yeux (je ne parle pas du bonheur face à des demoiselles dénudées hein il n’y en a pas). Chaque clip est un voyage assuré au son d’un rap planant (le fameux cloud rap). Entre le flow tout en technique d’Ademo et les lyrics profondes de N.O.S, la complémentarité entre les deux frères est véritable. Alors certes, PNL n’a rien inventé, leurs flows tout comme leurs prods sont inspirés d’Outre-Atlantique; mais ils sont uniques dans le paysage du rap français. Ils débarquent avec leur musique dans une période où les ondes sont envahies de trap plus ou moins audibles!

Au-delà de leur style de musique, les frères de Corbeil-Essonnes ont su rassembler et imprégner une réelle identité à leur rap. « On n’est pas Comme Eux », « Que La Famille », voilà des slogans qu’ils clament haut et fort, mais surtout des slogans qu’ils savent respecter jusque-là. Leur communication (ou plutôt leur absence de communication « médiatique ») est magistrale ; je ne vais pas épiloguer sur leur Planète Rap… Mais plutôt évoquer leur utilisation des réseaux sociaux, la mise en scène dans leurs clips (exemple avec celui de DA où ils retournent dans leur quartier pour honorer leur disque d’or), etc…

PNL

 

Ce concept tout en authenticité qu’a apporté PNL et qui a rameuté un public assez hétéroclite demeure puissant aujourd’hui. Il ne reste qu’à espérer que les deux frangins poursuivent sur cette voie et ne se travestissent pas à l’avenir, comme beaucoup d’autres ont pu le faire avant eux. En attendant, le vendredi 16 septembre, dans moins de trois semaines, leur 3ème album arrivera dans les bacs, toujours en indépendant. Les extraits sortis jusque-là ont produit leur effet et laissent paraître que PNL va ressortir un ovni. Alors, en bon Pnlista, je vais attendre sagement le 16 septembre pour aller acheter le CD de PNL (#TeamCDdansLAuto).

Peace (and Lovés).

 

 

Publicités

Une réflexion sur “PNL, dans Ma légende…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s